Histoire

  

Pratique millénaire nécessaire à la subsistance de certains peuples dans le monde, Japon, Polynésie, Méditerranée ; redécouverte en France pendant la guerre à des fins alimentaires par le biais de la pêche sous-marine, la plongée en apnée a su s’échapper de cette contrainte ces dernières décennies pour devenir une activité à part entière.

Après la période Mayol, Maiorca, immortalisée par le film de Luc Besson (Le Grand Bleu) sous le signe des records et de la performance extrême, les plongeurs se sont réappropriés une pratique aux multiples facettes.
A la fois, moyen de pénétration dans le milieu aquatique, l’apnée se rencontre dans différentes disciplines sportives : pêche sous-marine, hockey subaquatique, natation synchronisée, nage avec palmes.

L’apnée a édicté ses règles, ses compétitions, ses entraînements mais aussi, elle est devenue une fin en soi sans souci de performance, pour le plaisir des sensations ou de la découverte du milieu.
Elle a su également s’adapter aux différentes contraintes des lieux de pratique, (mer, lac, piscine, carrière). Des initiateurs et des moniteurs fédéraux d’apnée se sont formés afin de répondre à l’attente d’un public en quête de sensations nouvelles et ce jusqu’à 40 mètres de profondeur.

Les disciplines propres à l’apnée deviennent ainsi des arguments suffisants pour un entraînement permettant d’améliorer les capacités personnelles des apnéistes.
Techniques maîtrisées, connaissance de ses capacités et des consignes élémentaires de sécurité, curiosité, passion partagée, la plongée en apnée mérite bien ce qualificatif de plongée « libre ». La magie peut opérer…